Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Association Bretonne

pour

la Pêche à la Mouche
abpm_logo_noir.jpg
Vous êtes ici : AccueilPêcherTruiteCheminement d'été

Cheminement d'été

par Yann-Youenn Bouglouan

gobage_truiteMi-juillet, Paul Troël et moi avions convenu d'une partie de pêche sur l'Elorn. Temps agréable, rares gobages, sauf sous les voûtes d'arbres, sur les zones profondes et sombres. Alternance d'essais, alternance de modèles de mouches et alternance d'échecs sur des gobages pourtant prometteurs. Seule une truite prend l'artificielle au moment où elle touche l'eau et se décroche aussitôt.

 


Deux jours plus tard, sur l'Aven, l'après-midi, un beau plat lent, profond, surplombé par des arbres et quelques gobages irréguliers. Rien de visible sur l'eau et échec sur tous les poissons. Sur le plat suivant, quelques poissons s'activent à l'identique ; même échec en nymphe ou en sèche. Je reste scruter l'eau à la recherche d'un indice. Les gobages sont irréguliers, parfois un peu violents ; une truite que je crois avoir effarouchée, monte pour me contredire. Au moment où je m'apprêtais à quitter le lieu, un nouveau poisson se manifeste sur la cassure, trois mètres devant moi ; j'ai bien distingué son museau sombre et elle récidive sur le côté. Nouvelle chance car à cet endroit l'eau va plus vite et la faible longueur de soie nécessaire facilite la capture d'une truite arc-en-ciel de 35 centimètres, nageoires parfaites.
Le contenu stomacal est surprenant : l'estomac contient une trentaine de petits "boudins noirs" de 10 à 12 mm de long et de 3 mm de diamètre avec sur l'avant six pattes courtes : je pense immédiatement à des larves de coléoptères du genre larve de coccinelle, les minuscules points orangés en moins et l'abdomen plus cylindrique (je ne suis pas un entomologiste très averti et peut-être qu'il s'agit d'autre chose qu'une larve de coléoptère).
Après une matinée de montage, je suis de retour sur l'Aven, avec dans ma boîte, une imitation en dubbing de poils de phoque teint en noir et que je graisse pour la faire tenir en surface. Les truites cèdent les unes après les autres sur une pointe en 14/100ème ; un seul problème : la mouche se mouille facilement et se noie car dans ces endroits boisés les lancers tendus et secs qui peuvent sécher la mouche sont impossibles et le roulé s'impose. Il faudrait une mouche insubmersible contenant une bulle d'air.

Plusieurs solutions s'offrent à nous : rachis d'une plume obstrué à son extrémité par une bille de polystyrène ou de bois de balsa, tube body noir, cylindre de mousse, chenille noire bien graissée, torsade d'un dubbing en cul de canard.

Quelques jours plus tard, j'arrive sur l'Elorn, muni d'imitations en mousse, en rachis de plume et en chenille noire. Sur les plats, quelques truites feront la douloureuse expérience de l'hameçon mais je n'ai toujours pas trouvé cette larve sur l'eau ; pourtant, son imitation semble être la solution.

tamis_insecteIl faudra un autre concours de circonstance pour éclaircir le mystère : à l'issu d'une énorme averse, un ru se forma au niveau d'une carrière et l'eau de l'Elorn devint blanchâtre. Après la pluie vient le soleil ; sur cette partie lente, les truites recommencèrent à gober et, sur ce fond blanchâtre, j 'aperçus une larve noire qui flottait dans le film de la surface et je la récupérai vivante. Par intermittence, j 'en aperçus quelques rares autres qui descendaient. Je tuai une truite de 32 centimètres qui contenait quantité de ces larves.

D'autres séances sur l'Elorn confirmèrent cette imitation. Je remarquais aussi que les gobages se faisaient au moment où le soleil brillait : les larves s'activent-elles pendant ces moments ? La présence d'aulnes sur les rives semble être nécessaire à ces larves : malheureusement je n'ai pas trouvé ces larves sur les feuilles et au moment où j'écris, j'attends une détermination. Est-ce la larve d'un petit coléoptère inféodé à l'aulne appelée la Galéruque de l'aulne (Agelastica alni) qui apparaît au printemps et qui était présent cet été ?
Une chose est sûre ; les imitations de cette larve semblent être une réponse à ces gobages en zones calmes pendant juillet et août.
Ainsi le 21 août, Pascal Guérin me retrouve au niveau de cette carrière sur l'Elorn. Sur un court parcours quelques truites se manifestent ; je lui dis de les essayer (secrètement je souris) et, après le refus des deux premières, j'attache une imitation en rachis de plume noirci au marqueur indélébile : la première truite succombe. L'imitation « tube-body » que je lui donne aura raison de quelques autres dans les heures qui suivront.

truite_mouchePour réaliser un « tube-body » - je ne suis pas expert mais je vous livre ma façon - vous avez besoin de silicone transparent (achetez un tube en métal qui à l'avantage de ne pas garder d'air à l'intérieur. Vous pourrez ainsi le conserver plus longtemps), d'un gabarit (grosse aiguille, hampe coupée d'hameçon, fil de fer épais etc.) et de polypropylène noir( Fly-rite ou simplement fibres très fines de moquette noire). Je dépose un peu de silicone sur le gabarit puis j'enroule le polypropylène en ayant pris soin de l'aérer au maximum de manière à obtenir un tube le plus léger possible ; je façonne le tube pour le rendre régulier puis je laisse sécher et je démoule. J'obtiens des tubes très proches de ceux vendus dans le commerce mais à un coût bien moindre.

Dernière modification du site

  • Dernière mise à jour: mercredi 19 avril 2017, 11:51:19.

Recherche sur le site

La page facebook

LPFB

Facebook

Top