Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Association Bretonne

pour

la Pêche à la Mouche
abpm_logo_noir.jpg
Vous êtes ici : AccueilPêcherCarnassierFloat-tube et grands streamers

Float-tube et grands streamers

par Pascal Guérin

Lors d’un séjour en Irlande, la richesse en brochets de ses lacs m’a permis de faire plusieurs expériences. J’ai principalement pêché en float-tube et, sur certains lacs, j’ai utilisé de grands streamers.
Facile à transporter et à mettre en place, le float-tube a de nombreux avantages. Tout d’abord, il permet d’approcher pratiquement tous les postes, en choisissant, la plupart du temps le meilleur placement, pour attaquer le poisson. Il est également relativement facile de récupérer sa mouche après accrochages sur un obstacle. De plus, les sensations dans la lutte avec un beau poisson sont multipliées.

 

float_tube2L’inconvénient majeur est dû aux déplacements sur des longues distances. Cela demande, en effet, du temps et une bonne condition physique. De plus, la soie à tendance à se bloquer sur un quelconque endroit du float-tube. Pour remédier à ce petit inconvénient, une bonne organisation est importante autant pour l’installation du matériel de pêche que son utilisation.

Pour couvrir de grandes distances, il est judicieux de prévoir les trajets aller et retour, en situation de pêche, afin que ces déplacements ne soient pas une perte de temps.

A première vue, le float-tube paraît très confortable. Idéal pour la sieste ! Certainement ! Mais pour la pêche il faut continuellement palmer pour ralentir les dérives et se placer en fonction des postes. La posture en action de pêche (coude relevé et buste en avant), après plusieurs heures, peut fatiguer.
Pour ma part, j’apprécie beaucoup cet engin.

Lors de ce séjour dans la verte Erin, j’ai aussi été amené à utiliser de grands streamers (environ 30 cm). Un pêcheur m’expliquait que la richesse en gros becs d’un de ces lacs provenait des lâchers de « rainbow » du club mouche local. Explication valable pour le lac de Brennilis et à méditer pour nos plans d’eau de pêche populaire. Dans un autre lac, j’ai vu un énorme banc de rotengles de 400 à 500 gr, encore de grosses proies pour les brochets.
Ces lacs très profonds permettaient une vue nette jusqu’à trois ou quatre mètres de fond. Une canne de 10 pieds avec une soie de 10 # avec pointe plongeante de six mètres (S4) convient.
Afin que le lancer de ces streamers ne soit pas un calvaire, l’astuce est d’oublier la double traction. Je fais au maximum trois faux lancers en simple traction lors du shoot avant. L’utilisation du fuseau décalé ou de « shooting head » facilite le lancer. Dans ce but, les choix des matériaux et du montage des mouches ont aussi une part importante.
L’action de pêche
float_tubeElle se décompose en trois phases.

  1. Le streamer descend tout doucement. Il faut l’animer avec de petites tirées et ne pas l’éloigner des postes de bordure. La touche peut se produire dès le poser.
  2. Cette phase s’adresse aux brochets suiveurs, ou postés plus en profondeur. Pour déclencher l’attaque, il convient de faire de grandes tirées rapides, marquées par des temps de repos à mettre à profit pour ranger la soie pour le lancer suivant. Les brochets attaquent très souvent lors d’une ascension rapide de la mouche. C’est pourquoi les tirées doivent être toujours rapides et l’attention en éveil, prête en permanence pour un ferrage instantané. Le moindre mou dans la ligne ne pardonne pas.
  3. Le « lift » occasionne souvent des ratés. Le brochet surgit, parfois au point de sortir de l’eau, alors qu’on entame le premier faux lancer ! Donc, vigilance (voir Bulletin n° 14).
    Fréquemment, alors que l’on aperçoit la silhouette du poisson, celui-ci fait demi-tour ou descend plus profondément. La vue du pêcheur étant un facteur de refus, il est judicieux de garder une distance de sécurité avant de prospecter un poste.
    Concernant le montage, l’objectif est de présenter une proie volumineuse. Un poisson de 500 grammes dans la gueule d’un brochet d’un mètre n’est pas du tout démesuré. Pour créer ce volume sans surcharger la mouche, l’utilisation du yak est préconisée. Les hameçons, n° 6/0 à 8/0 sont prolongés

Dernière modification du site

  • Dernière mise à jour: mercredi 19 avril 2017, 11:51:19.

Recherche sur le site

La page facebook

LPFB

Facebook

Top